Refection de la digue du mat fenoux

Je suis passé hier soir, les travaux semblent sur la fin. De gros et beaux blocs de béton proprement découpés, presque cirés ont remplacé ceux que l’érosion avait fragilisé avant que la tempête leur casse les dents et les jambes.

Les énormes tétrapodes entassés au pied du sémaphore ont été ensablés de part et d’autre de la voie qui mène au perchoir pour casser la houle. Difficile d’imaginer qu’il y a 4 mètres de matière sous le sable.

Publication postée dans Bloget marqué, .

Un Commentaire

  1. Sylvie 11 novembre 2020 at 11:05 #

    Bonjour Pascal
    Tu donnes toujours envie de cliquer sur le lien de l’article que tu publies.
    Tu amenes à l’interiorisation en toute simplicité.
    Bonne journée
    Sylvie

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais publié ni partagé. Les champs requis sont marqués *

*
*