Tempête Fabien à l’embouchure

Dimanche, presque midi heure solaire, les nuages s’écartent par intermittence pour laisser passer une lumière qu’on aurait presque oubliée depuis septembre.

Je suis de noir vêtu mais cela ne suffit pas à contrecarrer la déperdition chaleur orchestrée par un vent dense gavé de fraicheur humide.

La houle enflée au large par la dépression et poussée par les vents d’ouest vient repeindre de blanche et crémeuse écume le pied des dunes tout le long de la plage. Ce mois de décembre, la dune s’érode.

Publication postée dans Bloget marqué, , , , , .

Publier un commentaire

Votre email n'est jamais publié ni partagé. Les champs requis sont marqués *

*
*