Dans la queue d’Ophélia

19 octobre, maréee haute à la barre, vent pleine face 40 noeuds ou quelque chose comme ça, pluie à l’horizontale, c’est uniquement grâce au boîtier devant mes yeux que je peux les garder ouverts.

L’image n’est pas propre, forcément, on ne peut pas tout avoir.

Mais à choisir, je préfère le fouet des embruns et de la pluie à celui du sable.

 

This entry was posted in Blog and tagged , , , , , , , .

Publier un commentaire

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*